Valid XHTML 1.0 Transitional Validation CSS

"Belle Petite Monde"

Belle Petite Monde
 Histoire de poilus racontées aux enfants...

"C'est au cours d'un entretien avec le petit-fils de l'artiste que ce dernier me présenta ce carnet de croquis qui n'avait jamais auparavant été extrait des archives familiales. Tour à tour dessinateur, graveur, illustrateur puis peintre paysagiste, Raymond Fontanet, dit Renefer (1879-1957) est un artiste complet dont les œuvres sont aujourd’hui disséminées dans les musées et collections.

Durant toute la Grande Guerre, il dessine sans discontinuer et exécute de nombreuses gravures « Sur le Front » de Verdun, « Pendant le Combat » dans la Somme et pour illustrer « le Feu » d’Henri Barbusse chez Gaston Boutitie en 1918. Parmi une remarquable correspondance illustrée, il relate ici pour sa fillette de 8 ans, surnommée affectueusement sa « Belle Petite Monde », la vie dans les tranchées sous forme de scénettes de la vie quotidienne réunies dans un carnet. Parmi tous les témoignages sur la première guerre mondiale, cette Histoire de poilus racontée aux enfants occupe une place très particulière : ce carnet de guerre, de petites dimensions et qui tient dans une poche, décrit en trente aquarelles et textes la vie sur le front et à l'arrière : l'artiste-poilu présente tour à tour les soldats, le grand père soldat, le cuistot, le soldat à la pèche, à sa toilette ou au coin du feu. Plus « sérieusement », il décrit également les soldats dans les tranchées, la hiérarchie militaire, les bombardements, les prisonniers et ennemis. Renefer livre un témoignage mesuré et sensible sur les horreurs de la guerre. Subtil et allusif, il parvient à cacher les terribles événements dont il est le témoin tout en laissant filtrer l’indicible.

Ce témoignage réaliste emprunte, par sa narration, la manière d'un conte philosophique et permet à un enfant (de cette génération) de comprendre ce dont tout le monde parle, de ce qui l'entoure et le rend compréhensible par les plus petits. Il ne s'agit pas ici d'imaginer les personnages et les situations ; tout dans ce carnet est réel. Tout au long de sa vie d’artiste, Renefer dessine ce qu'il voit... à sa manière, c'est à dire en toute simplicité, discrétion et avec une certaine poésie. La modernité de son dessin permet une meilleure compréhension de son témoignage.

«Je vais te raconter ce que je vois de drôle ici» : le soldat Renefer souhaite distraire et expliquer sa perception de la guerre à sa fille. Il illustre son texte d’aquarelles parfois drôles et toujours très démonstratives. Mais, au fil de l'histoire, la dureté de la situation se fait de plus en plus ressentir. Le soldat, perdu dans le no-mans-land qu’est devenu le front, semble lui-même se projeter dans l’enfance, s'associer à l'enfant à qui l'histoire est contée.  

 

Il lui semble de plus en plus difficile de réduire la guerre à cette description des soldats en situation. L’artiste-poilu explique aussi les paysages dévastés, les maisons en ruine, les civils en errance. Le texte se termine par l’allusion aux milliers de morts «Hélas beaucoup de nos petits soldats dorment pour toujours dans la terre de France…Les petites fleurs des champs poussent sur leur tombe et les décorent » puis «Quand tu seras grande et que tous les ans on fêtera la gloire et la bravoure de nos soldats, tu penseras à toutes ses petites croix éparses dans les champs, elles sont le gage de ton bonheur à venir.... » Renefer passe un message de mémoire poignant, qui fait de lui un passeur de mémoire pour les générations actuelles et futures et donc à nous, enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants de la « génération sacrifiée ».

Marie Gabrielle Thierry
Présidente
 Association Renefer.org

Lire la suite sur le site officiel

 

Quelques pistes pour travailler "à la manière de Renefer..."